Association "Oui à la 2x2 voies" Lyon-Toulouse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'origine de l'association Oui à la 2x2 voies

En 1998, par l'intermédiaire d'une EUP, il est proposé une pénétration en Lozère de l'Axe Toulouse-Lyon par la RN 88 en 2x2 voies - 11 km allant de l'A75 au Col de Vielboughe.

La majorité des gens interrogés étaient heureux de voir l'isolement de la Lozère prendre fin. Par contre, les journaux, locaux en particulier, se faisaient les chantres du refus d'une telle avancée prônant toutes sortes d'arguties rétrogrades pour affirmer leur position. Les Lozériens trop confiants en les promesses du gouvernement affirmées lors du CIAT de 1993 à Mende n'ont pas jugé utile de se déplacer pour faire part de leur volonté positive lors de l'EUP de 1998 concernant le secteur A75 - Col de Vielboughe, ce qui n'a pas été le cas des opposants et le grand malheur est arrivé : AVIS DEFAVORABLE. La Commission d'enquête aurait pu émettre un AVIS FAVORABLE avec réserves, mais ce ne fut pas le cas, et la Lozère est retombée dans son obscurantisme.

La gazette du Oui à la 2x2 voies

Par bonheur, le Ministère de l'Equipement, conscient de l'erreur fatale qui venait de se produire par rapport à l'Aménagement Harmonieux du Territoire en France, a relancé l'enquête sur un tronçon plus réduit (3,850 km) mais qui a l'avantage de créer l'échangeur sur l'A75, permettant l'accès à la RN88 à 2x2 voies, ainsi qu'un viaduc important de 660m en 2x2 voies appelé Viaduc de la Colagne.

Une EUP est aussitôt lancée, mais cette fois-ci l'Association "OUI à la 2x2 voies" existe et participe largement à cette enquête, motive le plus grand nombre possible de voix favorables et remet à la Commission d'Enquête un ensemble de dossiers permettant de prouver la validité du support présenté et surtout la motivation des Lozériens en faveur de ce projet.

Le résultat ne s'est pas fait attendre, l'EUP a été FAVORABLE, les travaux ont progressé dans le Plan 2000/2006 et sont actuellement en cours de réalisation pour une fin probable en 2007.

Le but de l'Association en Lozère

L'Association a pu constater d'une part, et prouver par la suite, que les mauvais résultats de la première EUP étaient dûs essentiellement à un manque d'information, plus exactement à une désinformation volontaire du public par certain média acquis, ou ayant tendance à croire, au bien fondé des arguties des opposants.

Donc, le but essentiel que s'est fixé l'Association a été l'information permanente du public, et le présent site est une nouvelle expression de cette volonté prête à utiliser toutes les techniques pour arriver à ses fins.

Nous avons commencé par des réunions dans les villes et villages de Lozère traversés, au cours desquelles nous sollicitions la participation du Maire de la Commune, du Conseiller Général du Canton et parfois du Deputé.

Très rapidement, pour tenir informé le public de toutes ces actions, nous avons créé une revue d'information que nous avons appelée "La Gazette du Oui" et nous en sommes au n°29 à paraitre en Janvier 2006.

Les renseignements fournis sont tous issus de réunions diverses, de renseignements officiels ; toutes ces informations sont contrôlées, vérifiées avant d'être publiées. Le rythme de diffusion actuel est de 700 exemplaires par parution. Les gazettes sont distribuées par les adhérents, mais aussi par la Poste, surtout pour les départements extérieurs à la Lozère.

Mais la Lozère n'est pas notre seul souci. Notre action se développe sur l'ensemble du tracé LYON - TOULOUSE. Nous tenons nos adhérents informés en permanence sur les avancées dans le Tarn, l'Aveyron, la Haute-Loire car l'ensemble RN 88 à 2x2 voies LYON - TOULOUSE s'intègre parfaitement dans l'axe transversal Européen MADRID - GENEVE et pourquoi pas SEVILLE - VARSOVIE.

C'est vrai qu'avec une telle perspective le regard porté sur cet Axe est totalement différent car nous voilà pour de bon intégrés, non seulement à la France, mais aussi et surtout à l'EUROPE avec tout ce que cela suppose de trafic, de commerce, d'industrie, de tourisme et de vie qui pénètreront dans nos régions. Les Départements en général l'ont bien compris, la Lozère traîne encore les pieds ! Pourquoi donc nos jeunes qui nous paraissent pourtant si éveillés, n'ont pas l'esprit ouvert à ce moyen d'échange et de développement ? Pourquoi ne voient-ils pas qu'ils ont une chance et une opportunité incroyable de pouvoir espérer travailler et vivre chez eux s'ils le désirent ? Ceux qui, comme moi, ont été obligés de s'expatrier contre leur gré pour pouvoir avoir une situation honnête et honorable ne peuvent comprendre un tel aveuglement !… ainsi je ne désespère pas de leur future compréhension de l'enjeu qui se joue.