Ensuite, la remontée du tracé en direction du col de Goudard nécessite de passer entre les hameaux de Vayrac et du Crouzet : il conviendra d'optimiser le tracé, notamment son profil en long, afin de limiter au maximum les nuisances vis-à-vis de ces 2 hameaux.

L'opposition au tracé médian a été clairement exprimée au droit de la commune de Barjac et notamment des hameaux de Raspaillac, le Viala-Bas et le Viala-Haut, qui souhaiteraient que le fuseau Nord soit retenu. Il convient de rappeler que ce fuseau a été écarté notamment en raison de sa géométrie très contrainte (allongement du tracé, rampes très importantes sur plus de 11 km) et des difficultés d'exploitation (viabilité hivernale à une altitude de 1170 mètres).

Les habitants des 3 hameaux de Raspaillac, Viala-Bas et Viala-Haut ont fait une proposition consistant à passer au sud du vallon d'Espradel et à rejoindre le tracé à hauteur du viaduc de Malaval. Cette solution a été étudiée d'un point de vue géométrique au cours de la concertation : Il convient de rester extrêmement prudent sur l'opportunité de cette solution dans la mesure où :

· le tracé serait exposé à l'ubac dans le ravin d'Espradel
· les nuisances sonores seraient probablement renvoyées en direction des 3 hameaux concernés
· la géométrie du tracé serait plus difficile et conduirait à allonger considérablement le viaduc de Raspaillac, à augmenter la hauteur de ses appuis et par conséquent se priver de certaines options techniques de réalisation.

En l'absence de conclusions suffisantes permettant de choisir la proposition alternative plutôt que le choix initial de l'Etat, un élargissement localisé du fuseau est suggéré afin d'englober les 2 options de tracé et confirmer le meilleur choix à l'occasion des études ultérieures.
Concernant la réalisation du viaduc de Raspaillac et quelque soit la solution privilégiée, une qualité architecturale particulière devra être recherchée pour la meilleure intégration dans ce site.

Les co-visibilités résiduelles avec Bahours (vue lointaine sur le viaduc de Malaval au Nord Ouest) nécessiteront d'être étudiées avec attention, notamment vis-à-vis du château de Bahours inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Le tracé se prolonge ensuite en interceptant la RD 50 et en plongeant dans le vallon situé au sud du hameau du Mas. Sur ce secteur sensible, la concertation a permis de faire émerger 2 demandes :

d'une part, le souhait des collectivités locales que soit aménagé un échangeur avec la RD 50. Compte-tenu de la présence des plusieurs hameaux à proximité (Chabannes, Les Boulaines, Chantéruejols) et des caractéristiques de la RD50 actuellement contraignantes en terme de circulation des poids lourds, une réflexion devra être engagée avec les collectivités sur la faisabilité d'un tel échangeur.

d'autre part, la nécessité d'insérer au mieux le tracé au droit du Mas, secteur où le fuseau médian présente le plus d'impact.
Eu égard à l'impact d'un tracé immédiatement au nord du Mas exigé par les associations représentatives des résidents du Mas, sur le secteur sud du Chastel-Nouvel (variantes 2aa1), cette proposition n'est pas retenue à ce stade des études car elle apparaît moins favorable que des solutions adaptées entre le Mas et Chantéruejols. Des études approfondies vérifieront la pertinence de cette analyse lorsque la réalisation de cette section sera envisagée. Il est donc proposé d'élargir ponctuellement le fuseau afin d'être en mesure de trouver ultérieurement le tracé le moins pénalisant pour ce hameau.



Pour la Section 2 entre le Col de Vielbougue et la RD 806, il est proposé de retenir le fuseau médian (2a-2ab-2a), en élargissant au droit de Raspallac et au sud du Mas afin de conserver la possibilité d'optimiser le tracé à l'occasion des études ultérieures