Déviation de Chateauneuf-de-Randon


Les avis défavorables au fuseau préférentiel

Concernant la déviation de Chateauneuf-de-Randon, aucun avis défavorable au fuseau préférentiel n’a été émis durant la phase de concertation officielle.

Néanmoins des inquiétudes demeurent concernant :

· la préservation de la ressources en eau des hameaux situés à proximité
· les risques de fermeture de la RN88 en hiver du fait des conditions climatiques défavorables et de son altitude élevée.

Il est nécessaire de rappeler que le tracé sud dit de « La Clamouse » est déjà issu d’une concertation préalable avec les habitants et agriculteurs de la commune de Chateauneuf, qui à la suite de la phase d’information de juillet 2006 sur les principes de tracés, rejetaient les tracés nord et médian.

Les avis favorables au fuseau préférentiel (sud) :

Sur 76 avis émis, aucun n'est défavorable au fuseau préférentiel et 68 se prononcent en faveur de ce fuseau. A noter qu’une pétition de 10 habitants à Pont d’Arribal, demande un aménagement de l’intersection avec la RN88 actuelle, de la voie communale des Rousses.
Seuls des habitants du hameau de Gourgons se sont exprimés lors de la réunion publique de Chateauneuf-de-Randon du 29 novembre pour demander un décalage du fuseau vers le sud afin de s’éloigner au maximum des habitations. Le village de Chateauneuf-de-Randon étant candidat au titre de « village étape », de nombreuses interrogations demeurent vis à vis de la signalisation et de l’emplacement des échangeurs sur l’itinéraire. Les questions portent également sur le mode de financement (1% paysager) et sur l’accompagnement de l’Etat en terme d’ingénierie publique pour l’obtention du label « village étape ».

Concernant les délibérations :

La chambre du Commerce et de l’Industrie de la Lozère, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat ont délibéré en faveur du fuseau préférentiel.

La communauté de commune du canton de Chateauneuf de Randon se dit favorable au fuseau préférentiel et demande l’aménagement des carrefours de la RN88 actuelle, la constitution de stocks fonciers au plus tôt, la réalisation d’échangeurs complets au col de la Pierre Plantée, à Comberme et à Saint-Flour-de-Mercoire. Concernant l’obtention du label « village étape » par la commune de Chateauneuf de Randon, la communauté de commune de la terre de Randon souhaite que l’Etat soutienne cette candidature et l’accompagne en terme d’ingénierie publique.

La commune de Chateauneuf-de-Randon souhaite que les échangeurs de part et d’autre de la déviation, soient rapprochés du bourg de Chateauneuf afin de respecter les spécifications liées au label « village étape » sur les échangeurs.

La communauté de commune du canton de Chateauneuf-de-Randon souhaite également que toutes les dispositions soient prises pour préserver la ressource en eau et limiter au mieux l’impact du projet sur les captages en eau potable existants. La commune d’Arzenc-sur-Randon a rejoint la délibération de la communauté de commune du canton de Chateauneuf-de-Randon.

Déviation de Chaudeyrac

Pour la déviation de Chaudeyrac, les habitants des communes et hameaux suivants se sont exprimés dans le cadre de la concertation définie par l’arrêté inter-préfectoral n° 2006-284-001 du 11 octobre 2006 : Chaudeyrac (bourg), Argentière, Boissanfeuille, Fouzihic, Fouzihac, Les Estrézets, Les Maurels, Les Combes, le Mont, Le Crouzet, Villevieille, Rocles, et Pierrefiche.

Au total, 80 avis ont été comptabilisés dans le cadre de la concertation :

· 39 favorables au fuseau préférentiel
· 29 défavorables au fuseau préférentiel
· 10 contre le principe d‘aménagement à 2x2 voies de la RN88
· 2 sans avis sur le fuseau préférentiel


Cette opposition se traduit par un rejet des arguments exposés par l’Etat concernant les trafics annoncés et les craintes de voir la future RN88 comme une « autoroute à camion » délestant la vallée du Rhône. Ils émettent des craintes vis à vis de l’augmentation du trafic, en particulier Poids Lourds et les nuisances qui l’accompagnent (bruit, pollution atmosphérique, impact sur le milieu naturel). Ils dénoncent la contradiction entre la politique de transports de l’Etat et la démarche de développement durable, ainsi que le coût de l’aménagement de la RN88 à 2x2 voies. La viabilité hivernale du fuseau préférentiel au niveau de la déviation de Chaudeyrac et de l’ensemble de cet aménagement est également contestée.

Les avis défavorables au fuseau préférentiel

Concernant la déviation de Chaudeyrac, les avis défavorables au fuseau préférentiel ont été émis par les habitants des hameaux situés à proximité du fuseau nord préférentiel. Le noyau d’opposition à ce tracé Nord se situant au niveau des hameaux du nord de la commune de Chaudeyrac : Le Mont, Le Crouzet, ainsi que les communes voisines de Pierrefiche et de Rocles (en particulier pour son hameau de Villevieille). Les avis exprimés sur la commune de Rocles représentant les 2/3 des avis défavorables exprimés contre le fuseau préférentiel.

Les principales craintes et oppositions vis à vis du fuseau préférentiel de l’Etat concernent :

· la préservation de la ressource en eau des hameaux situés à proximité de l’infrastructure (Argentière et Pierrefiche),
· Les effets de coupure et la préservation de l’activité agricole pour les hameaux du nord de la commune de Chaudeyrac,
· Les risques de nuisances (sonores, visuelles et pollution atmosphérique) pour les hameaux riverains du fuseau nord (Le Mont, Le Crouzet, Villevieille).

· Certains avis remettent en cause le choix des critères d’analyses ayant permis d'établir le choix préférentiel de l'Etat au nord
· Une part des avis exprimés rejette l’abandon du fuseau de 1000m arrêté par l’Etat en 1997, passant au Sud à proximité du Bourg de Chaudeyrac au profit du fuseau nord. Ils dénoncent la délivrance de permis de construire dans des secteurs situés aujourd’hui à proximité du fuseau nord.
Concernant les délibérations :

Seule la commune de Rocles fait part de son opposition au fuseau préférentiel. La commune dénonce l’abandon du fuseau sud arrêté par l’Etat en 1997. Elle remet en cause l’analyse et les arguments de l’Etat sur la comparaison des variantes nord et sud et fait remarquer qu’en 1997 le fuseau nord était jugé comme le plus défavorable. La commune de Rocles fait part également de son incompréhension vis à vis des permis de construire instruits par rapport au fuseau de 1000m arrêté en 1997 et accordés par l’Etat dans des secteurs qui se retrouvent à proximité des tracés présentés aujourd’hui, eux mêmes, situés en dehors du fuseau de 1997. La commune de Rocles fait part de son soutien aux habitants du hameau de Villevieille qu’elle juge fortement impacté par le fuseau préférentiel en terme de nuisances sonores et visuelles. La commune de Rocles en accord avec la délibération prise sur les modalités de la concertation le 18 juillet 2006, fait part de son intention d’émettre un recours auprès des instances juridiques compétentes vis à vis du projet d’aménagement à 2x2 voies de la RN88 au niveau de la déviation de Chaudeyrac.

Les avis favorables au fuseau préférentiel :

Sur 80 avis émis sur la déviation de Chaudeyrac, prés de la moitiée (39) sont favorables au fuseau préférentiel. La grande majorité de ces avis ont été émis par des habitants des villages et des hameaux situés à proximité du fuseau sud (bourg de Chaudeyrac, Fouzihic, Fouzihac, Les Estrézets.), ou médian (Les Combes).

Concernant les délibérations :

La Chambre du commerce et de l'industrie de la Lozère, la Chambre des métiers et de l'artisanat ont délibéré en faveur du fuseau préférentiel.

Au sujet de la déviation de Chaudeyrac, la Communauté de commune du canton de Chateauneuf-de-Randon se dit favorable à un échangeur complet à Comberme.

La commune de Chaudeyrac à l'occasion de la première phase d’information, avait demandé que soit abandonné le fuseau sud, et que le fuseau nord s’éloigne le plus possible des hameaux du Mont et du Crouzet. La délibération du conseil municipal de Chaudeyrac consécutive à la phase de concertation de l’automne 2006, se prononce en faveur du fuseau préférentiel et demande que des mesures soient prises pour atténuer les nuisances sur les hameaux impactés. La commune demande également, la constitution de stocks fonciers préalables au remembrement et souhaite que les échangeurs à Comberme et à Saint-Flour-de-Mercoire soient complets. Elle souhaite que l’Etat soutienne sa candidature au label « village étape » ou « village service » et l'accompagne en terme d’ingénierie publique.

6.5.5 Section 5 : Déviation de Langogne et Pradelles

93 personnes via les moyens d’expression définis dans le cadre des modalités de la concertation, ont émis un avis ou des observations sur le projet d’aménagement à 2x2 voies de la RN88 de la section 5 correspondant à la déviation de Langogne et Pradelles entre l’échangeur de Saint-Flour-de-Mercoire et le col du Rayol au nord de Pradelles en Haute Loire.

Echangeur au niveau de la Vigerie / St Flour-de-Mercoire

La déviation de Langogne et Pradelles débute au sud par un échangeur au droit du hameau de la Vigerie et de Saint-Flour-de-Mercoire. L’emplacement de cet échangeur a rencontré l’opposition des habitants du hameau de la Vigerie et de Labastide. Les habitants de ce hameau et du château de la Vigerie estiment que les fuseaux 5a et 5c ont sur le hameau de La Vigerie un impact conséquent d'un point de vue sonore, visuel, paysager, patrimonial et culturel.

Ils s’inquiètent également de l’impact du projet sur l’exploitation forestière dotée d’un PSG suivi par la DDAF. De même ils signalent que l’échangeur est situé sur l’emplacement d’une source alimentant le hameau de la Vigerie et émettent des craintes vis à vis de la préservation de la ressource en eau. Ils souhaitent que le fuseau soit décalé et que l'échangeur se situe au sud-ouest de la ligne haute tension (décalage de 1km).
A la suite d’une entrevue avec les représentants du hameau de la Vigerie, les maires de Langogne et de Saint-Flour-de-Mercoire relaient leurs inquiétudes.