- Desserte du territoire
- Confort des usagers
- Impact le plus faible possible sur les habitations, sur l’environnement, sur l’agriculture
- Coût
- Phasage, donc nécessité de pouvoir revenir sur la RN 88 actuelle en attendant les phases futures.

Après la période de concertation, au mois de mars ou avril, l’Etat prendra sa décision et la bande de 300m choisie deviendra inconstructible.

Les phases décidées par la Charte de Développement Durable sont :

  • Déviation de Mende
  • Déviation de Langogne, de Pradelles, de Costaros
  • Liaison Mende-A 75
  • Liaison Pelouse Langogne.
  • Liaison Pradelles carrefour du Fangeas

Monsieur ADELIN présenta les 9 sections.
Les questions portèrent naturellement sur la section 3 Causse d’Auge-Eygas. Deux agriculteurs récemment installés en GAEC, expliquèrent qu’ils étaient triplement pénalisés :

- leur habitation se trouvera à 250 m. du viaduc

- la 2x2 voies empiétera largement sur les terres qu’ils exploitent actuellement et coupera leurs terres et leurs chemins d’exploitation

- l’échangeur se situera lui aussi sur leurs terres

Ils font valoir que si on prolongeait la 2x2 voies jusqu’à la Pierre Plantée, on pourrait faire l’économie de l’échangeur d’Eygas et passer en ligne droite environ 500 m plus au nord, en évitant leurs terres les plus intéressantes. Au demeurant cet échangeur d’Eygas deviendra selon eux sans intérêt lorsque celui de la Pierre Plantée sera réalisé, alors mieux vaut le faire tout de suite en anticipant sur les travaux ultérieurs.

Monsieur ADELIN répondit que :

- des murs antibruit seraient aménagés sur le viaduc, de nature à enlever environ 85 % des nuisances sonores, ce qui serait donc inférieur au bruit de la R.N. 88 actuelle qui n’est distante que de 50 m. des habitations.

- Le tracé pourrait être affiné de manière à s’éloigner encore un peu plus que le plan actuel

- Le remembrement qui sera fait obligatoirement garantit qu’au maximun, la perte de terres ne peut pas excéder 4 % de l’exploitation. Il s’accompagnera d’une restructuration des exploitations dont le résultat ne peut en aucun cas être moins favorable que la situation actuelle.

- Le phasage qui prévoit d’arrêter la section 3 au niveau d’Eygas est imposé par l’enveloppe budgétaire. Poursuivre jusqu’à la Pierre Plantée en passant plus au nord entraînerait d’abord un surcoût de 6 millions d’Euro, puis un supplément de 40 millions d’Euro, ce qui est impossible à financer actuellement.

Monsieur BONICEL ajouta que l’échangeur d’Eygas était très précieux pour une bonne desserte de la Hte vallée du Lot par le CD 74

La réunion s’acheva vers 20 h 30