La CHARTE pour la mise en 2x2 voies de la RN 88 vient d’être adoptée par le comité de pilotage national réuni au Puy en Velay le 9 décembre dernier.

Parmi les différents sujets qui sont traités dans le cadre de cette charte, il y en a un qui mérite que l’on s’y arrête quelques instants : il s’agit du thème, oh combien important, de la SECURITE .

Il nous a paru intéressant de faire le point de la situation actuelle dans notre département de la Lozère. Pourquoi ?

Un rapport très complet sur l’accidentologie en France, publié chaque année depuis 2001 par l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (O.N.I.S.R.) établit un classement des 96 départements métropolitains déterminé à partir d’un indicateur d’accidentologie locale (IAL). Cet indicateur tient compte des particularités du trafic et du réseau de chaque département et étudie les différents facteurs accidentogènes sur des périodes de 5 ans « glissant ».

Il serait fastidieux de donner ici tous les résultats de ce rapport.

Ceux qui sont intéressés par le sujet peuvent consulter l’ensemble de l’étude sur le site :

                                                
                                         www.securiteroutiere.gouv.fr/observatoire.

Ceci étant, les conclusions du dernier rapport, publié en 2005 et concernant la période 2000-2004, nous informe de choses très intéressantes en ce qui concerne les conséquences d’un aménagement de RN en 2 x 2 voies sur le plan de la sécurité. La synthèse de cette étude nous apprend en effet que:

1°) Les Autoroutes représentent 1% du kilométrage national, 21,2% du trafic et « seulement » 5,4% des accidents et 5,8% des tués ; les routes nationales 2,7% du kilométrage national,17,1% du trafic, 12,8% des accidents et 22,7% des tués et les routes départementales 35,9% du kilométrage national, 35,4% du trafic, 28,9% des accidents et 53% des tués Autrement dit, les ¾ des tués le sont sur des routes nationales et départementales.

2°) les autoroutes sont plus de quatre fois moins dangereuses que les RN . Le taux de tués sur autoroutes est de 0,25 pour 100 millions de Kms parcourus. Il est de 1,08 sur les RN)

3°) près de 60% des tués le sont sur des routes bidirectionnelles (à doubles sens de circulation)

4°) 75% des victimes sont des victimes locales : piétons ou occupants d’un véhicule immatriculé dans le département.

En ce qui concerne notre département de la Lozère les résultats sont peu flatteurs :

1°) On est classé au 61° rang sur 96 pour l’IAL GLOBAL TUES. Or, l’étude indique qu’il y a trois fois plus de risque d’être tué dans un département mal classé que dans un département bien classé.

2°) Nous sommes parmi les 15 départements qui n’ont pas du tout de RN à 2x2 voies. Or, là encore, le rapport est clair : « En matière d’accidentoloqie, les RN à 2 x 2 voies sont très proches des autoroutes qui ont un taux de tués, au kilomètre parcouru, trois fois moins élevé que les RN et quatre fois moins que les RD. On peut en déduire que la part de trafic sur RN à 2 x 2 voies est le premier facteur explicatif du taux de tués sur RN »

3°) La dégradation du risque dans notre département a été constante entre 1995-1999 et 2000-2004. Sur la première période nous avions un IAL de 0.75 qui nous plaçait au 7° rang national. Cet indice est passé ensuite à 0,81, 0,85, 1,04, 1,05 et enfin, pour la période 2000-2004 à 1,15 soit le 61° rang. Plus inquiétant encore, on fait partie de ceux dont le risque s’est le plus dégradé entre la période 1995-1999, et 2000-2004 (+ 40 % - 93°/96).

Certes, la mise à 2 x 2 voies de la RN 88 ne résoudra pas tous les problèmes. Malheureusement !

La justification essentielle de l’aménagement de cet axe n’est certainement pas la sécurité. Et pourtant !

Mais, il y a de fortes chances qu’elle améliore considérablement la sécurité sur nos routes.

Avec ce qui est dit ci-dessus, on ne peut pas croire que la dégradation du niveau de sécurité dans notre département soit une fatalité.

Pour autant, on ne peut pas dire que la qualité de cette RN 88 soit mauvaise.

Simplement, il faut reconnaître que sa configuration actuelle n’est plus adaptée à l’augmentation du trafic que nous avons connu ces dernières années (la dégradation du taux de risque en est certainement la preuve). Et la situation ne va sûrement pas s’arranger. On l’a vu cette année avec l’ouverture du viaduc de Millau. On le verra bien davantage lorsque l’aménagement à 2 x 2 voies sera réalisé jusqu’à Romardiès d’un coté, au carrefour du Fangeas de l’autre.

Alors, bien sûr, tout ne peut pas être réalisé tout de suite. C’est cher et on n’a pas de « fric »

Mais n’oublions pas une chose :

                                  EN MATIERE DE SECURITE, l’UNITE DE COMPTE , C’EST LA VIE !

Elle n’a pas de prix , ce qui ne veut pas dire qu’elle ne vaut rien.

Alors, si grâce à la mobilisation de chacun et de tous : représentants de l’Etat, élus, responsables politiques, associations, simples citoyens, l’aménagement de cette route pouvait être réduit de quelques mois et même, pourquoi pas de quelques années, nous n’aurions pas perdu notre temps. N’est-ce pas ?