Certes, nous ne vous disons pas « Adieu » Monsieur BRAJON ; votre présence au sein de votre grande Administration a été trop marquante pour que nous puissions envisager de vous oublier.
Je suis sûr, en ce qui me concerne, que vous ne saurez nous refuser un conseil quand nous serons solliciteurs, tout en respectant évidemment et de façon stricte votre indépendance de caractère bien connue et votre irréprochable honnêteté intellectuelle.
Merci, Monsieur BRAJON, de votre excellent accueil, très Lozérien, très amical, même si nous n’étions pas toujours d’accord, et même si ma « fougue » vous inquiétait un peu parfois. Vous me l’avez toujours dit, je vous ai toujours été fidèle et respectueux de votre indépendance.

La retraite n’est pas à mon avis, un arrêt de vie, une fin en soi ; c’est au contraire un début d’autre chose. Enfin libre ! … libre de vous organiser, libre de vous adonner à votre ou vos passions, libre de vous consacrer à ce que vous aimez, libre de gérer votre temps !!! C’est là que c’est énorme ! Ne pas se fixer trop d’objectifs, ou du moins avec une certaine relativité dans la réalisation ou la précision des dates… maintenant vous pouvez apprendre à vous laisser vivre… ceci n’exclut pas la passion!

Bonne retraite, cher Monsieur BRAJON, et au plaisir de vous rencontrer.
Le Président de l'Association