Considérant que la RN 88 a été classée « Grande Liaison d’Aménagement du Territoire – GLAT » – dès 1993, à l’occasion du Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire – CIAT de Mende ;

Considérant que ce classement n’a jamais été remis en cause et qu’il a été réaffirmé lors du Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire du 18 décembre 2003, à l’Hôtel Matignon, inscrivant la poursuite de l’aménagement de la RN 88 (Toulouse – Rodez – Mende – Le Puy-en-Velay – Lyon) à deux fois deux voies, parmi les cinquante grands projets d’infrastructures « pour une France attractive dans une Europe dynamique » ;

Considérant que la RN 88 constitue une liaison interrégionale entre Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, mais également une liaison européenne entre l’Europe du Nord et l’Europe méditerranéenne et qu’elle achèvera à terme le désenclavement du Massif Central ;

Considérant que la RN 88 est un vecteur de développement économique des territoires qu’elle traverse et qu’elle est, à ce titre, un véritable outil d’aménagement du territoire traversant sept départements, quatre régions et sept chefs-lieux ;

Considérant que l’aménagement de la RN 88 à deux fois deux voies, sur l’ensemble de son tracé participera au délestage de l’axe rhodanien et de l’axe languedocien en offrant aux usagers une alternative présentant des caractéristiques proches, en termes de confort et de rapidité ;

Considérant que la mise à deux fois deux voies de la RN 88 s’inscrit dans la continuité des aménagements routiers et autoroutiers déjà entrepris, en assurant notamment un raccordement avec l’autoroute A75 et le viaduc de Millau,

Considérant que l’aménagement de la RN 88 à deux fois deux voies demeure une solution économiquement moins coûteuse que d’autres projets comme l’autoroute du Piémont ;

La Chambre de Commerce et d’Industrie de la Lozère,

S’inquiète des choix effectués dans le rapport de l’État pour pallier la saturation de la Vallée du Rhône et de l’Arc Languedocien qui ignorent totalement l’itinéraire de délestage constitué par la RN 88 à deux fois deux voies, en ne proposant que deux scénarios alternatifs visant à élargir les autoroutes A7/A9 ou à créer un nouvel axe autoroutier dit du Piémont, cette deuxième solution étant jugée coûteuse et risquant de retarder d’autres projets jugés prioritaires, lors du CIADT du 18 décembre 2003 ;

S’insurge contre la qualification erronée de « desserte touristique » de la RN 88 dans sa traversée de la Lozère, telle qu’elle figure dans le rapport de l’État ;

Dénonce la présentation inexacte des cinquante grands projets d’infrastructures décidés lors du CIADT du 18 décembre 2003 et qui réduit la poursuite de l’aménagement de la RN 88 à deux fois deux voies, au seul tronçon compris entre Saint-Étienne et Le Puy-en-Velay ;

Demande que les engagements de l’État concernant l’aménagement de la RN 88 à deux fois deux voies, sur l’intégralité de son tracé, soient respectés ;

Demande que l’itinéraire alternatif au Couloir Rhodanien et à l’Arc Languedocien, constitué par la RN 88 raccordée à l’A75 et au viaduc de Millau, soit pleinement intégré dans le cadre du débat public engagé sur la politique des transports dans cette région.


Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter.

Chambre de Commerce et d'Industrie de Lozère
16 bd Soubeyran, 48000 MENDE
Tél.: 04 66 49 00 33
Fax : 04 66 65 35 29
Email : cci-en-ligne@lozere.cci.fr
Site web : http://www.lozere.cci.fr